Quels possibles européens?

Introduction au séminaire EHI
27 février 2018

Frédéric Clavert

Sur le séminaire

  • Trouver ce qui nous rassemble

    • Préciser les points communs

  • Créer un espace d'émulation, de réflexion entre nous (mais ouvert)

  • Pratiquer la disputatio

    • Remettre en cause nos pratiques
    • Tenter de sortir des chemins que nous suivons régulièrement
    • S'accorder le droit à l'erreur

L’Europe est un mot à définitions multiples et contradictoires aux enjeux forts. En partant du temps présent, le C2DH essaie d’en interroger les contours en réfléchissant sur ses frontières et sur ses marges, souvent mouvantes, qu'elles soient géographiques, chronologiques et symboliques.

Contexte

après de si nombreux "tournants" (postmoderne, culturel, spatial, numérique...), alors que nous avons glissé vers un « régime d’historicité » (François Hartog) centré sur les mémoires collectives plus que sur l'histoire, alors que les sources primaires disponibles, nées numériques, numérisées, ou non, deviennent de plus en plus difficile à appréhender tant leur nombre croît de manière exponentielle, que cela signifie-t-il, aujourd'hui, de "faire de l'histoire européenne", d'être un.e historien.ne de l'Europe contemporaine?

Contexte

Forum Z d'octobre

  • l'Europe n'est pas un objet comme les autres pour les historiens européens,
  • l'Europe, sujet constant d'inquiétude,
  • Question des marges,
    des autres Europes / des autres Européens

Introduction

Expérimentation

  • Tester les limites d'une démarche

  • Donner le ton plutôt qu'une introduction générale au séminaire

  • Correspond aussi à une réflexion pour un enseignement

Une histoire des possibles?

En pensant ce qui aurait pu advenir, repenser notre rapport aux causalités (donc aux déterminismes) mais aussi à la littérature.

Histoire de l'intégration européenne

  • Narration souvent assez déterministe
    • Chez les historiens pro-européens
    • Chez les historiens sceptiques ou "anti"
  • La causalité est peu pensée
    • Europe = paix
  • Histoire contrefactuelle pour repenser un peu l'histoire de l'intégration européenne
    • Peut être aussi intéressante pour l'histoire des résistances à l'Europe

Uchronies européennes

Une Europe fatiguée

De toutes les Régions, elle était la seule à subir une baisse démographique par rapport au demi-siècle écoulé. Elle était la seule à ne pas avoir développé ses moyens de production et à n'avoir offert rien de radicalement nouveau à la culture humaine.

Nouvelle: Conflit évitable

Publié  en juin 1950,
année du discours de l'Horloge

  • Conflit évitable commence par un long passage sur l'Europe et la guerre, depuis l'époque moderne, l'arrivée de l'ère atomique puis de l'ère positronique (ie l'ère de l'IA)
  • L'Europe est décrit comme une zone dépendant d'une autre (le "nord" ie ex-URSS et Amérique du Nord)
  • Plus aucun dynamisme, démographie en perte de vitesse
  • Asimov évacue la Guerre froide par la technologie, mais en garde une conséquence: une sorte d'Europe annexée, affaiblie, épuisée qu'est effectivement l'Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale
  • Ne prend pas en compte les tous débuts de l'unité européenne (Conseil de l'Europe)

La guerre et l'Europe

  • Vision classique de l'Europe
    • Norbert Elias (ère médiévale et moderne) et La dynamique de l'Occident
    • Philip T. Hoffman, Why Did Europe Conquer the World?, Princeton, Princeton University Press, 2015.
  • Vision aussi des "Pères fondateurs"
    • Paix et unité de l'Europe (dès Kant)
  • Asimov développe cependant une vision pessimiste (pour l'Europe)
    • Vision pessimiste originale: déclin de l'Europe pour son bien et le bien de l'Humanité
    • Diffère du pessimisme d'un Paul Valéry dans La crise de l'Esprit

Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles.

(Paul Valéry, phrase introductive de La crise de l'esprit)

Pourquoi ni Valéry, ni Asimov n'ont eu raison? (Ont-ils eu tort?)

  • Questionner les moments d'incertitude du passé européen
  • Moments d'incertitude: plusieurs possibles européens se croisent

Les possibles de l'entre-deux-guerres

Entre-deux-guerres

  • Déterminisme ressenti dès 1918-1919
    • Paul Valéry, John Maynard Keynes, Jacques Bainville dans les années 1920, Jean Giraudoux (La guerre de Troie n'aura pas lieu) en 1935
    • Perception de l'inévitabilité d'une nouvelle guerre
    • Auto-réalisation des croyances?
  • Ressenti des populations de l'époque est-il justifié?
    • Traité de Versailles (et autres traités d'Île-de-France) négocié dans cette perspective
    • Pourtant, Traité de Sèvres (1920) et son remplacement par le traité de Lausanne (1923), dès le départ, montre qu'il n'y avait pas de déterminisme

L'exemple de la politique extérieure française

  • La politique extérieure française des années 1920 peut être décrite
    • comme une mise en concurrence de plusieurs possibles européens,
    • portés par des groupes politiques différents,
    • Évolutions par le croisement
      • de la politique intérieure française (majorités parlementaires),
      • des évolutions économiques et monétaires ("Je fais la politique de notre natalité"),
      • des relations extérieures
  • L'exemple le plus criant: Aristide Briand
    • Pour une application ferme des traités
    • Évolution dans les mois qui précèdent la conférence de Cannes (janvier 1922) puis Coup de Cannes
    • Retour en 1925

Briand

L'exemple des relations franco-allemandes

  • 1930: changement de génération
    • Tardieu / Brünning / Curtius vs Stresemann (décédé en 1929) ou Briand
    • Pas d'abandon immédiat du rapprochement franco-allemand
    • Un lent renoncement au rapprochement franco-allemand
    • Plusieurs possibles s'expriment alors, en Allemagne, en France
  • Allemagne et France bloquent aussi d'autres Europes, plus marginales au sens non issues des Grandes Puissances
    • La Belgique et les négociations autour de la trêve douanière (où l'on retrouve des idées évoquées auparavant, y compris au Luxembourg chez Emile Mayrisch)
    • La Pologne et les projets d'Union agricole à l'Est
  • Les possibles Européens exprimés dans une littérature foisonnante (au-delà de Coudenhove-Kalergi) sont nombreux

1930-1933

La mission van Zeeland

  • 1936: Allemagne nazie / France du Front populaire
    • Allemagne conservatrice éliminée du pouvoir par étape
    • France du Front populaire comme voie de déviation pour tenter de se maintenir au pouvoir chez certains conservateurs (Schacht)
  • Difficulté d'un dialogue européen
    • Nécessaire: les États-Unis renvoient tout le monde dos-à-dos
    • Tentatives de faire intervenir Roosevelt échouent
  • D'où tentative de discussions économiques et monétaires
    • Peuvent être interprétées comme une investigation des possibles Européens
  • L'exemple le plus parlant est la mission van Zeeland (1937-1938)
    • Peut-être que le plus net résultat de cette mission est de montrer qu'il n'y plus alors de possible européen, mais uniquement un affrontement de possibles nationaux

1937-1938

La guerre éluctable?

Les possibles de l'Europe
de l'après-guerre

Deux après-guerres différents

  • Pourquoi ce qui n'a pas été possible dans l'entre-deux-guerres l'a été après 1945?

Le plan Schuman, une solution parmi d'autres?

  • Discours de l'Horloge vient finalement contrecarrer des visions négatives de l'Europe (9 mai 1950)
    • Il est empli de possibles non réalisés (Eurafrique)
    • Est le résultat d'un échec français (cf. Martial Libera) et d'un hasard
    • Trajectoire de Schuman similaire à celle de Briand au début des années 1920
  • D'autres voies auraient été possibles
    • Isolement diplomatique de la France
    • L'abandon de Berlin-Est, etc.
  • Pourquoi une telle réussite du plan Schuman?
    • Réponse non-évidente au regard de l'échec du plan Pleven

Le plan Pleven et l'échec de la CED

  • Raisons de l'échec de la CED sont bien connues
    • Sujet plus sensible que le charbon et l'acier
    • Pression fluctuante des États-Unis et du Royaume-Uni
    • Contexte international changeant (fin de la guerre de Corée, Mort de Staline)
  • Ces raisons rendent l'échec de la CED d'autant plus intéressant au regard de la réussite du plan Schuman et plus tard de la CEE
    • Le rôle de la contingence dans le choix entre plusieurs possibles européens

Sauvegarde de l'État Nation?

Intégration européenne comme moyen pour les États-Nations de survivre après deux guerres mondiales

 

Intégration européenne comme moyen de se prémunir contre un retour allemand

 

Explique attitude ambivalente du Royaume-Uni.

Des explications concurrentes

  • Elles correspondent à des interprétations des possibles européens
  • Alan Milward: pas de fédéralisme, confédération à la rigueur, les Etats restent souverains
  • Historiographie alors plus classique: réponse aux guerres, l'Europe de la paix (aussi celle des "Pères fondateurs")

Conclusion

Réflexion en termes de "possibles"

  • Rôle de la contingence, de l'accident
    • Rôle des phénomènes de long terme
    • Équilibre entre les deux
  • Nous souhaitons "partir du présent": réflexion en termes de possibles permet aussi d'éviter le présentisme au sens du présent comme finalité, résultat d'un déterminisme.

Prochaine séance

  • Valérie, 13 mars (14h)

Quels possibles européens?

By Frédéric Clavert

Quels possibles européens?

  • 567
Loading comments...

More from Frédéric Clavert