Le rôle du monde face aux violences extrêmes

Une géopolitique du monde inutile ?

CM - HPC

URCA - L1 - 17/18

Introduction

Un peu de droit international

Maintenir la paix et la sécurité internationales et à cette fin : prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d’écarter les menaces à la paix et de réprimer tout acte d’agression ou autre rupture de la paix et réaliser, par des moyens pacifiques, conformément aux principes de la justice et du droit international, l’ajustement ou le règlement des différends ou des situations de caractère international, susceptibles de mener à une rupture de la paix. » – « Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde. » – « Réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d’ordre économique, social, intellectuel ou humanitaire en développant et en encourageant le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion. 

A. L'Onu et les conflits de 1991-1995 : des institutions inadaptées

1. La revitalisation de l'ONU

  • Force de protection des Nations Unies (FORPRONU)
  • multilatéralisme (Tardy) : "action collective des États qui s'inscrit dans un cadre insitutionnalisé et producteur de légitimité"

2. Des structures et des concepts inadaptés face aux nouveaux conflits

I. Intervenir ou pas ? Une culture diplomatique inadaptée

B. Une communauté internationale

n'est pas l'addition de diplomaties nationales

Ainsi l'ONU n'apparaît-elle pas comme le prolongement de l'action des Etats, mais souvent comme le lieu d'expression de leur indécision.

Garnotte, 1996

C. etre informé ne suffit pas À provoquer l’intervention. Opinion publique, intérêts et couverture médiatique

 

Oxfam, MSF, Human Watch

 

Douste Blazy, « le plus grand des génocides du siècle »

(France 2, 14 mai 1994 )

D. Intervenir, comment et pourquoi ? Entre ingérence et intérêts à protéger

1. L'intervention en Somalie (1992)

Siyad Barré / général Aïdid

Seigneurs de guerre et "Mad Max"

De l'opération humanitaire à la guerre

ONUSOM

"Restore hope"

ONUSOM II

Ali Mahdi

Mogadiscio

retrait le 24 mars 1994

2. Protéger ses intérêts. Le rôle controversé de l'opération Turquoise au Rwanda

II. Et après ? Le rôle du monde dans la sortie des conflits

  • Des pays dévastés et des États en faillite
  • "Cercles de deuil" et multitraumatismes : le lien social détruit

A. Poursuivre les responsables :

le TPIY et le TPIR

1. Rappels rapides. Fonctionnement des T.P.I.

2. Enquêter

3. Nommer. Des enjeux mémoriels

B. Aider à la reconstruction des sociétés

  • Superviser la démobilisation et le désarmement des milices
  • Administrer temporairement
  • Assister les populations déplacées
  • Reconstruire les infrastructures

C. La Responsabilité de protéger ?

L'évolution de l'onu

Source : ONU, MINUAD au Darfour

...Du droit d'ingérence 
à la "responsabilité de protéger"...

Conclusions générales

Photo : Thomas Goisque

 On peut donc tuer des hommes sans que leur mort occasionne le moindre sursaut de conscience, la moindre révolte ? On peut donc tuer des hommes comme on le fait des rats ? Sans en éprouver le moindre remords ? Et s'en flatter ? Mais dans quel égarement, dans quel délire faut-il avoir sombré pour qu'une « juste cause » autorise de telles horreurs ?

Lydie Salvayre, Pas pleurer, p. 134

Le rôle du monde face aux violences extrêmes

By Caroline Muller

Le rôle du monde face aux violences extrêmes

HPC URCA 2017-18// cours 6 // Descriptif du cours et projet : "Enseigner les violences extrêmes" https://consciences.hypotheses.org/824

  • 888
Loading comments...

More from Caroline Muller